Soutenir iDESO
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

iDESO – Edito Lettre #209

iDESO – Edito Lettre #209

Catégorie : edito 
Auteur : Elias Agouri
Date : 2 mai 2022
Durée de lecture < 2 minutes

Équilibre entre bienveillance et exigence

Après les années Covid, chacun a bien conscience que le monde du travail ne sera plus jamais comme avant. Le développement du télétravail et la montée en puissance des « soft skills » confrontent les managers à de nouveaux défis.
 
Chez Legrand, le géant français de l’équipement électrique, la grande majorité des collaborateurs éligibles pratiquent le télétravail deux à trois jours par semaine. Une petite minorité télétravaille même à 100 %. Cet exemple illustre comment, en à peine deux ans, les entreprises ont dû s’adapter à l’une des plus grandes transformations de l’ère postmoderne. Il y a bien entendu du pour et du contre dans ce nouveau monde. L’informel peut à la fois libérer les énergies et renforcer l’autonomie des collaborateurs, mais il fait aussi courir le risque d’une déperdition dans l’organisation du travail. Le télétravail peut par exemple générer une surenchère d’e-mails là où un échange verbal succinct aurait suffi.
Mais globalement, la délégation y gagne, ce qui peut s’apparenter à un réel progrès quand on sait combien les managers ont du mal à lâcher prise. Le développement des soft skills, c'est-à-dire ces compétences telles que la communication, l’empathie, l’écoute, contribue à mettre de l’huile dans les rouages. Jean-Sébastien BLANC, directeur général adjoint, en charge des ressources humaines d'Engie, évoque ainsi le rôle du manager « Le bon manager est la personne qui, trouvant un bon compromis entre bienveillance et exigence, échange régulièrement avec les équipes et comprend que c’est un investissement primordial ».
Savoir accompagner le changement se révèle aussi très utile pour les personnes en charge de manager des équipes. Expliquer, déminer le terrain et ouvrir des perspectives s’avère payant en termes d’engagement sur le long terme. Et que dire du feedback ? Autrement dit, l’importance de livrer à ses collaborateurs un retour sur les actions entreprises. C’est une attente légitime à laquelle les jeunes en particulier sont très sensibles. Et si le feedback charrie des appréciations décevantes, il faudra tout de même faire passer le message avec rondeur, mais efficacité. Attention aussi au phénomène du « stickyfloor ». Par là on désigne la propension du manager à ne pas accorder d’importance au collaborateur qui ne montre aucun signe d’essoufflement et qui accomplit sa tâche comme attendu. Permettre à ces collaborateurs de continuer à évoluer est indispensable.
Notre Association iDESO accompagne les cadres/dirigeants de PME-PMI à travers les stages de formation Manager-Leader à mieux se connaitre « AGIR SUR SOI », à mieux travailler avec les autres « AGIR AVEC LES AUTRES » et à prendre plus de plaisir et de hauteur au quotidien « PERFORMANCE ET HARMONIE ». En 2022, 43 cadres et dirigeants d’entreprises suivent avec beaucoup d’enthousiasme et de plaisir ces 3 stages. La prochaine présentation du stage ML I « AGIR SUR SOI » aura lieu le Vendredi 9 septembre 2022 de 8H30 à 10H30 au Lodge à Salies de Béarn. L’inscription gratuite se trouve dans la rubrique Agenda de cette lettre.
Elias Agouri
crossmenu