Soutenir iDESO
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Écouter son corps pour orienter sa prise de décision

Écouter son corps pour orienter sa prise de décision

Catégorie : dossier | temoignage 
Auteur : Valentine HEBERT
Date : 2 janvier 2022
Durée de lecture < 3 minutes

Valentine Hebert, chef d’entreprise, a fait appel à une méthode consistant à stopper le mental pour écouter les réactions de son corps avant la prise d’une décision importante.  

Nous sommes à l’été 2021. Je suis l’épouse de Charles, agriculteur en Seine Maritime. Nous avons 4 enfants. Nous sommes en fin de période covid. J’ai cédé ma 1ère entreprise « les fermes d’ici » il y a quelques mois, je suis donc dans un moment de prise de recul, de rebond. Je peaufine depuis plusieurs mois un nouveau concept avec l’idée de peut-être recréer une nouvelle entreprise, mais sans certitude. La vision du projet à ce stade est encore floue… Je suis donc particulièrement dans une phase ou j’accueille et observe ce qui vient à moi. Et parmi ce qui se présente il y a la vente d’un bien rare à proximité, qui pourrait (ou pas …) être parfait pour poser la première pierre de mon nouveau concept.

 

Septembre 2021, j’ai une décision à prendre face à cette opportunité qui passe ; dois-je ou non la saisir ? En tout ou partie ? Ou nullement car c’est de la folie ? La décision est engageante d’un point de vue économique (projet de plusieurs millions d’euros), personnel (je me réengage dans la création d’une entreprise, et je sais tout ce que cela comporte… Je suis déjà passée par là) et familial (j’emmène la famille de fait dans une nouvelle aventure, changement de vie).

 

Je dois prendre une décision rapidement mais je suis dans l’incertitude concernant mon projet (pas de temps pour ficeler un business plan précis, rechercher des partenaires potentiels, etc.). Je dois donc prendre une décision au sein d’une situation complexe avec l’imbrication d’options, finalement beaucoup d’inconnus, des risques non négligeables, etc… Bref, le propre de l’entrepreneure en soi.

 

Le coup de fil qui va tout changer

 

Je suis donc dans ce contexte quand Jean-Marc que je connais un peu par le CJD m’appelle « justement » cette semaine-là pour prendre de mes nouvelles. Je le prends comme un signe, nous ne nous sommes pas appelés depuis 3 mois. Il me demande machinalement le « comment ça va ? » Je lui réponds simplement en 3 phrases résumant le contexte. Il me dit quelque chose comme : penses-tu que je puisse t’aider dans ta réflexion ?

 

J’ai lu durant l’année quelques ouvrages sur les intelligences spirituelles, émotionnelles et la relation au corps. Je comprends donc ce qu’il m’insinue. Je lui fais confiance en ¼ de seconde. Je lui réponds donc « ok, peut-être ».

 

3 heures après je me retrouve en Visio avec lui à l’écran et moi debout dans mon salon avec 4 papiers au sol (solutions A, B, C connues & solution D inconnue et qui laisse place à une 4e voie non verbalisée ou conscientisée par moi-même) selon la méthode du diamant qu’il me propose au vu du contexte.

 

Je me suis laissée porter par le processus, en tentant de stopper le mental et je me suis vue exprimer mes ressentis et ma réflexion de manière beaucoup plus fluide que seule devant mon analyse ou face à un interlocuteur quelconque.

 

Durant le processus, j’ai eu deux déclics et j’ai pu voir apparaître une de mes contradictions de manière limpide. La décision a été immédiate après 30 minutes d’atelier.

 

Avec le recul, 1 mois après, je revois la scène, mon corps s’exprimer, mon débit de parole, mon enthousiasme ou mes peurs sur telle ou telle option. Les émotions, le corps et les vibrations sont donc une réponse complémentaire, beaucoup plus fine que la simple réflexion intellectuelle  (analyse des chiffres, du marché, etc.).

 

J’ai vécu tout cela le plus naturellement possible, sans prise de tête et sereinement. 2 heures ou 1 mois après, je suis dans la même situation, la décision s’est imposée à moi. J’ai donc de suite enclenché le processus opérationnel et je suis claire sur mes garde-fous.

 

Au travers d’un simple atelier de 30 minutes, j’ai pu vivre de manière incarnée et sensorielle la position dans laquelle je me projetais mais que je ne m’autorisais que pour plus tard ; j’ai ainsi gagné 10 ans. « Devenez ce que vous devez être ».

Valentine HEBERT
Vice-Présidente du CJD Normandie (Centre des Jeunes Dirigeants), Animatrice des commissions NME (Nouveaux Modèles économiques) et EAM (entreprises à mission).
Fondatrice « les fermes d’ici », Associée Maison Dupont moutardier vinaigrier, nouvelle entreprise en cours de création
crossmenu